Démarche artistique

Née en 1986 à Léningrad, j’ai passé mon enfance en Russie, pays balayé à l’époque par le vent frais de la Pérestroïka, l’époque où de nouvelles idées et de nouveaux espoirs ne manquaient pas.

J’ai suivi ma formation professionnelle en art à Saint-Pétersbourg où le Musée Russe, l’Ermitage et les Beaux-Arts m’ont fait découvrir le travail des maîtres. Cette formation a été complétée par une recherche théorique sur le médium de dessin dans le cadre d’un doctorat à Paris, la ville où je vis actuellement, à la croisée des cultures.

Je parcours le monde avec mes pinceaux en savourant la diversité des paysages, des visages et des cultures : la Russie, la Chine, la France, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas, le Canada… La France est devenue mon pays d’adoption et l’une des sources de mon inspiration avec son littoral rocheux et les petites ruelles de vieux villages où les ombres de l’histoire passent encore sur les murs.

Je cherche dans mon art à saisir l’esprit des lieux et à le transformer en images universelles et poétiques qui font rêver et s’évader l’esprit.

Tout commence par le travail sur le motif. Ce moment privilégié de méditation est indispensable pour capter l’ambiance et les détails, imperceptibles au regard fuyant d’un passant. Les paysages et les visages se transforment aux dessins à l’encre et à sépia et aux peintures en aquarelle et en tempera.

Ensuite s’opère une retraite dans l’atelier pour créer à partir de ces impressions des compositions sur les toiles. À travers ces paraboles intemporelles je cherche à débanaliser le quotidien, rendre au regard sa fraîcheur et faire transparaître l’invisible.

Je travaille principalement à la tempera, cette technique  utilisée depuis le Moyen-Âge pour la peinture des fresques et des icônes. Ses pigments naturels et la douceur harmonieuse de ses couleurs sont propices à la création d’images universelles, qui font rêver et ouvrent au regard l’au-delà du visible. L’encre et l’aquarelle, quant à elles, me permettent de travailler l’expressivité du geste. Enfin, le fusain et la sépia m’offrent les possibilités infinies pour explorer la profondeur des tons.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×